Géraldine

Présente-toi en une phrase

J’ai grandi dans une maison avec un grand jardin, j’ai passé mon enfance à jouer dans la nature [..] c’est pourquoi je suis très touchée par préserver notre environnement.

D’où viens-tu, quel est ton parcours jusqu’à la Brouette ?

Je viens de France, je suis arrivée en Suisse il y a 9 ans pour des études d’ingénieur en environnement à l’EPFL.

Comment es-tu arrivée à la Brouette ?

J’ai travaillé pendant 2 ans, puis, il y a six mois, j’ai décidé de faire une reconversion. Je voulais rester dans l’environnement, c’est ce qui me passionne, mais je souhaitais faire un métier plus pratique, plus manuel… quelque chose de plus concret. Au départ, j’ai entendu parlé du projet lors de sa création via internet, et j’ai commencé à venir faire mes courses ici. J’avais déjà envisagé de travailler dans un magasin en vrac car c’est quelque chose qui suscitait vraiment une étincelle en moi, et quand j’ai vu l’annonce, j’ai voulu saisir l’opportunité.

Tu travailles à temps partiel. A quoi consacres-tu le reste de ton temps ? Quelles activités pratiques-tu à côté ?

Je suis à 40% à la Brouette et je suis à la recherche d’un autre boulot comme complément. Par ailleurs, je fais partie d’une association « Swiss Youth for Climate ». On travaille sur plusieurs projets en relation avec la protection de l’environnement : sensibilisation des jeunes, changement au niveau politique suisse. On fait des actions au niveau local et dans la vie de tous les jours.

Sinon, je fais de la danse ; des danses latines mais aussi du Hip-Hop. Et bien sûr, j’aime me promener, comme tout le monde.

Qu’est-ce qui te plaît, te motive à venir travailler ?

J’ai vraiment l’impression de faire une différence en travaillant ici. Je vois comme les gens sont contents de venir faire les courses à la Brouette. C’est une communauté avec laquelle tu peux partager plein de choses.

J’apprends beaucoup, sur de nouveaux produits, sur la fabrication, sur le métier de la vente -comment gérer un commerce, comment gérer ses stocks, etc…

Quelles sont tes activités à la Brouette ? A quoi ressemble une journée type ?

Mes journées sont globalement organisées de manières identiques : si j’arrive le matin, je fais l’ouverture, je mets en place ce qui est au frigo, j’ouvre la caisse. Ensuite la journée est lancée : servir la clientèle, la renseigner, faire la caisse, m’assurer que les rayons sont bien remplis et présentables. Faire des commandes et gérer les stocks. Je m’occupe particulièrement des fruits et légumes : je dois communiquer avec les producteurs, et faire la réception des commandes.

La fermeture, c’est la même chose dans l’autre sens, avec le ménage.

Quel est ton moment préféré de la semaine ?

J’aime bien le vendredi, car on se retrouve avec Magali avant l’ouverture de 15h. Ca nous permet d’échanger sur ce qui s’est passé pendant la semaine, et aussi de partager des moments extra-professionnel, de créer un lien entre collègues. Grace à elle j’apprends plein de choses sur mon boulot.

Quel est ton produit préféré dans l’épicerie ?

Le jus de pomme… mais Magali a déjà choisi ça non ? C’est le fait qu’il soit en vrac que je trouve cool, c’est ce qui fait la différence à la Brouette.

Est-ce que travailler ici à changer quelque chose pour toi, dans ta manière de consommer ?

J’étais déjà dans une démarche vrac, Zéro déchet, local et bio, mais le fait de travailler ici a encore renforcé ça. Ça facilite ! Je me rends compte que maintenant je ne vais quasiment plus au supermarché, ce que je faisais encore avant de travailler ici. Et, je connais plus de produits !

Quelle est ta vision, ta définition de la Brouette ?

C’est l’épicerie la plus stylée du monde ! De Suisse peut être.. [rires]. Excellents produits, bonne ambiance, et bien sûr bio et vrac.

Qu’est-ce qui rend cette Brouette différente des autres épiceries ?

Le concept bio-vrac-local est poussé jusqu’au bout. Quand on vient acheter ici, on est sûr de faire un achat intelligent. Pas besoin de se poser mille questions ; provenance, qualité.. car quelqu’un l’a fait avant, il y a une relation de confiance !

Un mot pour conclure ?

Adopter une nouvelle manière de consommer est pour moi indispensable à la préservation de notre planète. Et cela permettra d’améliorer notre confort de vie dans le futur, si tout le monde s’y met.